LE BURNOUT DE L'ÉTUDIANT


Le burnout est un épuisement provenant d’un stress chronique (long et important) lié au travail, qu’il s’agisse du domaine professionnel, domestique ou estudiantin.


En effet, on peut être jeune et étudiant et souffrir de burnout.


Les étudiants que je reçois consultent souvent pour des problèmes physiques tels que fatigue permanente, mal de dos, insomnies, migraine, maux de ventre ou encore des symptômes émotionnels tels que irritabilité, anxiété constante, difficultés de concentration et de mémoire, etc.


Ce sont des jeunes qui sont appréciés par leurs pairs, soucieux de bien faire, attentionnés, perfectionnistes et bons élèves. Ils se mettent une forte pression pour réussir sur tous les plans. Parfois, ils oublient de penser à eux-mêmes pour se préoccuper davantage d’autrui.


Bien qu’ils travaillent beaucoup, ils ont l’impression d’en faire beaucoup, voire de plus en plus pour un rendement de moins en moins satisfaisant. Alors ils augmentent leur charge et temps de travail, s’épuisent davantage et se sentent encore moins performants.


Le burnout est un épuisement lié à des causes multiples qui ne s’arrêtent pas uniquement à la charge de travail. C’est aussi avoir des difficultés à gérer son temps ou encore avoir des ambitions élevées. Si ton estime de toi est moyenne ou basse, tu auras tendance à en faire plus encore pour te valoriser. Et si ton entourage ne te soutient pas trop, soit parce qu’il n’est pas au courant de ce que tu vis, soit parce qu’il t’imagine suffisamment fort-e pour te débrouiller les risques sont alors très élevés.


S’installe alors ce déséquilibre entre trop d’énergie dépensée pour le travail et peu voire pas du tout de pauses, de moment de détente ou de loisirs. À la différence d’un burnout professionnel, le burnout estudiantin est plus fréquent. En effet, en tant qu’étudiant, tu es amené à travailler le soir et le week-end, sans oublier qu’à ce moment de ta vie, tu dois t’insérer dans la vie sociale, éventuellement trouver un petit job, et construire ton identité personnelle, sociale et professionnelle.


Pour éviter le piège du burnout tu peux utiliser plusieurs moyens :

  • L’activité physique (faire du sport, marcher régulièrement), les exercices de respiration (cohérence cardiaque) et de relaxation (autohypnose, sophrologie, méditation) permettent au corps de se libérer des tensions physiques créées par le stress chronique.

  • Diminuer tes exigences personnelles : accepter d’en faire un peu moins pour gagner en temps et en bien-être. Tu as certainement déjà entendu que « le mieux est l’ennemi du bien ».

  • T’imposer des limites : définir un temps de travail et un temps de loisirs. Il est tout aussi important de maintenir une vie sociale et de t’octroyer du temps pour toi.

  • Stopper les ruminations mentales ou les pensées négatives : utilise la méthode STOP. Dès que tu commences à ruminer ou à te dire et répéter que tu es nul-le, que tu n’y arriveras pas, que tu aurais dû faire autrement, etc, visualise un grand panneau STOP et change-toi les idées.

Dis-toi que le burnout est une alarme qui sonne pour te faire remarquer que tes habitudes, tes comportements et tes croyances doivent être revisités. Elle te signale qu’il est temps de t’occuper de toi.


Apprends à travailler de manière plus régulière tout au long de l’année, définis ton mode d’apprentissage et travaille ton estime et ta confiance en toi.


Rappelle-toi que tes études et ton travail sont, certes, importants, mais ta vie et ton bien-être le sont davantage encore. Pense à t’octroyer en tout temps des moments de sortie et de loisirs.


À toi de jouer !

17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout